Aller au contenu Aller au pied de page

Casse Mortier

La « Maison aux volets verts » de Casse-Mortier était un Relais de Poste. En 1477 sous l’impulsion(1) de Louis XI furent créés les relais de poste. Les relais de poste vont se transformer petit à petit, en écurie, pour permettre la poursuite de l’acheminement du courrier avec des chevaux frais, en auberge pour la restauration du personnel des Postes et des voyageurs et en gîte pour leur hébergement. Mais l’auberge ne servit pas toujours qu’au bon accueil des voyageurs :

En 1642, « François de Montbron est arrêté pour exaction (2) sur les villageois, sur le notaire et pour l’activité de bandit qu’il avait dans la ferme de Casse-Mortier, à Saint-Rogatien. Il est condamné à être décapité. Sa peine est commuée (3) en détention à perpétuité dans la tour Saint-Nicolas en 1668. En 1675, pendant un violent orage, il s’évade à l’aide d’une corde. Un homme d’armes coupe la corde et l’évadé s’écrase 20 mètres plus bas. Il meurt peu après ». (Périgny Story, histoire des voisins, Esnandes).

Concurrencés par le chemin de fer, les relais de poste ferment officiellement en France en 1870 sous le règne de Napoléon III.

Après la fermeture du Relais de Poste le domaine a été utilisé en ferme. A partir de 1961, les dépendances de la ferme ont été occupées par un Centre Aéré jusqu’en 1980.

Depuis, trois logements ont été aménagés dans les bâtiments d’habitation.

(1) action de pousser, de mettre en mouvement. Le fait d’inciter, ce qui anime.

(2) action d’exiger, généralement par la force, le paiement de ce qui n’est pas dû ou plus qu’il n’est dû.

(3) changer (une peine) en une peine moindre.

Haut de page
Copier le lien